Hamlet y el futurismo

A. Rognoni, Hamlet (1916)

La peculiar versión de Hamlet  de Angelo Rognoni, estrenada en 1916 bajo una poderosa influencia del futurismo, y que se reduce a un diálogo con el espectro, encarnado en el texto siguiente, en su versión francesa[1], constituye un ejemplo de referencia sobre la transducción en el teatro. 
En esta ilustración puede verse a John Martin-Harvey, en el papel de Hamlet, en 1916, por Arthur Hacker.







           
Hamlet (Dévaluation synthétique)
Un lieu dissimulé aux regards sur la place qui s’étend davant le château d’Esbeneur. Hamlet se promène, pensif. A gauche apparaît le Spectre.
Hamlet (l’apercevant): Bonsoir, Papa.
Le Spectre (majestueux): Tais-toi, gamin. Je ne suis pas moi; je suis le Spectre de moi-même.
Hamlet (avec indifférence): Oh, elle est bien bonne, celle-là.
Rideau




Entradas relacionadas en el GLOSARIO



Bibliografía

  • Véase la sección correspondiente AQUÍ.





[1] Apud. T. Kowzan (1991), “Hamlet” ou le miroir du monde, Paris, Editions Universitaires. “Les transpositions d’Hamlet sont dues non seulement à la réécriture du texte, comme c’était le cas des traductions-adaptations du XVIIIe siècle, ou à des refontes comme celles qui viennent d’être présentées, mais parfois aussi au travail de metteurs en scéne qui, tout en se servant du texte de Shakespeare, en modifient ou déplacent les significations à l’aide de moyens scéniques” (Kowzan, 1991: 18). 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...